Le palais Mattei di Giove est un palais de Rome, propriété de l'État italien depuis 1938. Il héberge des institutions culturelles. De l'extérieur, on ne voit pas grand-chose, il faut pénétrer dans la cour.

z10

En 1598, à l'occasion de son mariage avec Costanza Gonzaga, de la Maison de Gonzague, Asdrubale Mattei commande à l'architecte Carlo Maderno le projet d'un palais. Il est à construire sur l'îlot Mattei, à l'emplacement de plusieurs maisons dont les Mattei, famille noble romaine, sont propriétaires. Cette résidence urbaine est la dernière construite de l'îlot d'habitation, attenante au palais Caetani où réside Alessandro Mattei, le père d'Asdrubale et qui comprend également trois autres palais, notamment le palais Mattei di Paganica.
Les travaux de construction vont s'échelonner durant vingt ans, jusqu'en 1618 même si l'aile jouxtant le palais paternel est terminée en 1613.

Au début du XIXe siècle, après la mort du dernier mâle de la lignée des Mattei di Giove, le palais entre dans la famille Antici par le mariage de Maria Anna, la fille unique de Giuseppe Mattei avec le marquis Carlo Teodoro Antici di Recanati.  

L'imposante demeure, coiffée d'un belvédère à loggia qui domine le quartier, s'élève à l'angle des vie Michelangelo Caetani et dei Funari et possède une entrée dans chacune de ses rues. Ses façades sont en briques et en travertin, ses arêtes traitées en bossage et elle est couronnée d'une corniche ornée des symboles héraldiques des Mattei (un échiquier) et des Gonzague (un aigle). Les rez-de-chaussées et piano nobile sont strictement rythmés par des fenêtres aux moulures saillantes, surmontées d'un entablement ; pour le piano nobile, elles sont au nombre de neuf (via Michelangelo Caetani) et onze (via dei Funari). Le dernier étage comporte le même nombre d'ouvertures, aux moulures cependant moins saillantes et sans entablement, au-dessus desquelles prennent place les fenêtres éclairant le grenier.

z09

Le portail d'entrée situé via dei Funari conduit à la cour intérieure, l'une des parties les plus remarquables du palais, dont le côté sud présente une double loggia à triple arcades et deux ordres de pilastres superposés. Sur la balustrade de la loggia supérieure, sont disposés des bustes d'empereurs romains. Les côtés latéraux sont abondamment décorés de bas-reliefs antiques et de médaillons dans des cadres en stuc du xviie siècle et par des bustes d'empereurs romains insérés dans des niches.

La cour est close, côté nord, par un mur formant terrasse, à trois arcades, les deux latérales étant aveugles, et surmonté d'une balustrade. Il permet d'accéder à une seconde cour où une fontaine est accolée au mur du fond.  

Dans la cour, sont exposées des sculptures antiques, posées sur un piédestal. Ces vestiges de l'Antiquité sont les œuvres de la précieuse collection de marbres réunie par les Mattei. Une bonne partie est aujourd'hui conservée au Musée Pio-Clementino, l'un des musées du Vatican.

z11

Profondément religieux, les Mattei choisissent des thèmes bibliques pour la décoration à fresque des pièces du piano nobile, réalisée par des artistes actifs à Rome en 1615. 

D'après Wikipédia