Le baptistère Saint-Jean (battistero di San Giovanni) à Florence est situé sur la place du Dôme, à l’ouest du Dôme de Florence, la cathédrale Santa Maria del Fiore.

z03

Jusqu’à la fin du XIXe siècle, tous les Florentins y étaient baptisés.
 
Si le baptistère est bâti sur d'anciennes constructions romaines du Ier siècle (peut-être un temple de Mars), sa construction initiale, qui remonte au IVe siècle, en fait un des plus vieux bâtiments de la ville : la première basilique San Lorenzo consacrée par saint Ambroise en 393. Ce n'est pas encore un baptistère et elle deviendra même cathédrale au IXe siècle.

Rebâti sur un plan octogonal et revêtu de marbre blanc et vert et puis rose sur son extérieur, coiffé d'une toiture pyramidale, l'édifice devient officiellement baptistère en 1128, reconnu comme bel exemple de l'architecture romane de Toscane. Son abside rectangulaire, la Scarsella (la bourse ou l'escarcelle) est ajoutée au XIIIe siècle.

Le sol est carrelé et la voûte et les parois sont couvertes de mosaïques de style byzantin. Le plafond pyramidal commencé au XIIIe siècle n'est achevée qu'au XIVe siècle et comporte un Christ du Jugement dernier monumental et des panneaux des épisodes de l'Ancien Testament et du Nouveau Testament, ainsi que de la vie de Jean le Baptiste. De nombreux artistes s'y sont succédé de Gaddo Gaddi jusqu'à Cimabue.

z04

Les fonts baptismaux de 1371 et le tombeau de l'antipape Jean XXIII qui mourut en 1419, ont été réalisés par Donatello, Portigiani et Michelozzo.

Le baptistère est particulièrement connu pour ses magnifiques portes de bronze ornées de bas-reliefs. Celle du Sud est la première qui fut réalisée, par Andrea Pisano entre 1330 et 1338. En 1401, Lorenzo Ghiberti, artiste très en vogue de son temps, remporte le concours de la porte Nord, très similaire à celle du Sud, organisé par l'Arte di Calimala. Il lui est confié également la porte Est, nommée depuis Porte du Paradis par Michel Ange ; toujours ornée de bas-reliefs, elle se distingue des deux autres par la forme de ceux-ci et par sa couverture d'or ; Lorenzo Ghiberti s'y est consacré pendant 25 ans.

D'après Wikipédia