Les sanctuaires shinto, appelés le plus souvent jinjas en japonais, sont des lieux de culte du shintoïsme, où l'on vénère un kami. On parle parfois aussi de jingū, de miya ou de taisha.

112717114

Izumo Taisha

A l'entrée d'un sanctuaire se trouve un portail généralement rouge appelé torii, séparant l'enceinte sacrée de l'environnement profane. Après un possible escalier de pierre, on accède à l'intérieur du sanctuaire, via l'allée, bordée de lanternes. Le long de cette allée se trouve généralement le chōzuya, bassin couvert où les fidèles peuvent se purifier. On accède ensuite aux différents bâtiments du sanctuaire, sans toutefois y pénétrer : on trouve d'abord l'éventuel kagura-den (palais de la danse rituelle kagura), le shamusho (bureau du temple) où l'on peut acheter des cartes ou plaques votives, des amulettes et autres divinations, l'emakake (où sont pendues les plaques votives), et parfois le setsumatsusha (sanctuaire auxiliaire).

En fin d'allée, on accède aux principaux bâtiments devant lesquels se trouvent des statues de koma-inu (littéralement « chien de Koguryŏ »), comme parfois dans un temple bouddhiste. On accède alors au haiden (bâtiment de culte), situé devant le honden (bâtiment principal, appelé aussi shinden) qui est entouré d'une clôture sacrée. Il peut également y avoir un heiden (bâtiment d'offrandes), souvent intégré à l'un des deux bâtiments.

On trouve à l'intérieur du sanctuaire les symboles shinto classiques : shimenawa (corde en paille de riz) et gohei (bande de papier pliée en zigzag), utilisés pour marquer la présence d'un kami.

112717146

 

Plan of a Shinto Shrine: 1. Torii, 2. Stone stairs, 3. Sandō, 4. Chōzuya, 5. Tōrō, 6. Kagura-den (building dedicated to Noh or the sacred Kagura dance, 7. Shamusho (administration office), 8. Ema, 9. Sessha/Massha, 10. Komainu, 11. Haiden, 12. Tamagaki, 13. Honden

Le sanctuaire est gardé par les prêtres, appelés kannushis ou shinshokus, et par leurs assistantes, les mikos. Le prêtre en chef est appelé guji.

Au Japon, le nombre de sanctuaires est estimé à 100.000. 

Usages

Il est conseillé de s'incliner dès l'entrée du sanctuaire, devant le torii. Il est d'usage ensuite de se purifier au chōzuya, en se lavant les mains et en se rinçant la bouche à l'aide d'une louche. Cette purification vise à se présenter devant le kami exempt de toute souillure ou péchés.

Il est coutumier de faire un vœu à l'entrée du haiden ou du honden après avoir fait sonner le suzu, sorte de clochette géante, et fait offrande d'une pièce dans le saisen bako (« boîte à offrandes »). Le vœu s’exécute lors d'une succession de gestes : il faut s'incliner deux fois, frapper dans ses mains deux fois, s'incliner une autre fois. C'est après avoir frappé dans ses mains que l'on fait son vœu, en gardant les mains collées et l'on s'incline de nouveau, mains décollées.

On peut ensuite acheter au shamusho des emas, plaques votives en bois, des nōsatsus, cartes votives en papier, des o-mikujis, divinations écrites sur des bandes de papier que l'on achète sur place et que l'on peut attacher ensuite dans le sanctuaire pour conjurer le mauvais sort, ainsi que des amulettes. On peut de nouveau s'incliner devant le torii, face au sanctuaire, en partant.

112717178

Chozuya

Il s'y déroule annuellement des fêtes appelées matsuris, pendant lesquelles sont parfois organisées des processions et où l'on joue de la musique shintoïste.

Les kamis les plus populaires, donnant souvent leur nom aux sanctuaires qui leur sont dédiés sont :

  • Aso
  • Ebisu
  • Hachiman 
  • Inari
  • Ko-no-Hana, vénéré dans les sanctuaires Asama (ou Sengen)
  • Kumano, ou Kumano Gongen
  • Munakata, sœur d'Amaterasu
  • Susanoo, dieu des tempêtes, fils d'Izanami et Izanagi, frère d'Amaterasu la déesse du soleil. 
  • Suwa
  • Tenjin, vénéré dans des Tenman-gū
  • Tokugawa Ieyasu, fondateur du shôgunat au Japon, on parle alors de Tōshō-gū.

D'après Wiki