L'abbaye Notre-Dame de Boscodon est une abbaye du XIIe siècle, devenue bénédictine au XVe siècle, et abritant la communauté Saint-Dominique. Située dans les Hautes-Alpes, elle est monument historique.

z05

Fondée en 1142, l'abbaye est bâtie par des moines cénobites de l'Ordre monastique de Chalais grâce aux dons de Guillaume de Montmirail. Ces moines ont succédé à d'autres, sans doute ermites. La donation initiale, datée de 1132, s'est déroulée en présence de Guillaume de Bénévent, futur archevêque d'Embrun. En 1303, elle devient l'ordre de Chalais et passe sous la dépendance de la Chartreuse. L'abbaye devient bénédictine au début du XVe siècle.

Les moines vivent de l'exploitation de la forêt et du domaine, et de l'élevage de moutons.

Pendant la Révolution française, l'abbaye et ses domaines deviennent propriété nationale. Joseph Berthe acquiert les bâtiments. Un hameau se construit autour de l'abbatiale, qui devient écurie, étable, logement.

Au XXe siècle, les habitants quittent progressivement le hameau. L'initiative et l'inspiration, pour la renaissance de l'abbaye (1972), ont viennent de l'ordre des Dominicains, rapidement rejoint par diverses congrégations religieuses et par des laïcs. L'abbaye désormais est la propriété d'une association reconnue d'utilité publique qui en assure la restauration et en promeut les animations. Des sœurs et des frères dominicains se sont installés dans l'abbatiale et ont entamé les travaux de restauration avec de nombreux bénévoles. La communauté (qui compte des femmes et des hommes de plusieurs congrégations) propose des célébrations, des concerts, des conférences, moments de dialogue privilégié avec les touristes de passage. 

z06

L'achat de petits terrains proches de l'abbaye lui donne plus d'espace et ouvre des possibilités futures.

L'abbaye de Notre-Dame de Boscodon est d'architecture romane. On y retrouve l'art cistercien primitif au travers de la simplicité extrême des éléments architecturaux, l'harmonie des volumes, la qualité de la maçonnerieLe tracé de l'abbatiale s'appuie sur des figures géométriques simples. Tracée à la règle et au compas, on y trouve les symboles de la croix, du carré, du cercle et du pentagone. 

Les moines bâtisseurs accordent une importance forte à la symbolique des éléments. L'abbaye a été implantée et orientée en fonction des rythmes du soleil, des cours d'eau alentour, de la présence d'une carrière de pierre (ni trop proche, pour respecter le silence sur le lieu de construction de l'abbaye, ni trop loin pour ne pas augmenter les contraintes d'approvisionnement), de la forêt, des hommes… L'importance des symboles se retrouve aussi dans la conception des bâtiments : répétition des éléments selon les chiffres clés (7 voûtes, comme les 7 jours de la semaine), rapports de proportions en harmonie avec le nombre d'or, etc.

D'après Wikipédia