Le château de Monte-Cristo est la demeure que l'écrivain Alexandre Dumas se fit construire en 1846 par l'architecte Hippolyte Durand au Port-Marly (Yvelines).

Il s'agissait au départ d'un vignoble, sur les coteaux de Port-Marly, où Alexandre Dumas - qui résidait à Saint Germain en Laye - aimait se promener. En 1844, l'écrivain, en pleine gloire, achète ce terrain et commande à l'architecte Hippolyte Durand un château dans un style Renaissance, accompagné d'un cabinet de travail dans un style néogothique, entouré d’un parc à l’anglaise avec de l’eau, des grottes, des rocailles.  

z07

Le bâtiment principal - dit château de Monte-Cristo - présente des façades typiques de la Renaissance, avec ses décors floraux, ses angelots et ses instruments de musique. Des médaillons représentant de grands auteurs ornent les fenêtres du rez-de-chaussée. Sur le fronton de la porte d’entrée, le blason avec trois aigles de la famille Davy de la Pailleterie, à laquelle appartenait Dumas, surmonté de la devise personnelle de l'auteur : « J’aime qui m’aime ». Les initiales entrelacées d’Alexandre Dumas se retrouvent sur les clochers des tours.

 

À court d'argent après la faillite de son théâtre, Alexandre Dumas est contraint de vendre cette propriété dès 1848. Elle est rachetée et restaurée en 1894 par Hippolyte Fontaine qui a fait fortune dans la fabrication de dynamos industrielles.

Abandonné, le château de Monte-Cristo faillit disparaître dans les années 1960 pour laisser la place à un programme immobilier... Pour empêcher sa démolition, l'historien Alain Decaux crée la Société des Amis d'Alexandre Dumas. Finalement depuis 1970 la demeure est la propriété de 3 communes : Port-Marly, Marly-le-Roi et le Pecq, toutes financièrement impliquées, via le Syndicat intercommunal de Monte-Cristo, dans la gestion et le fonctionnement du château. La Société des Amis d'Alexandre Dumas participe également à la gestion.

z08

Sur une petite île du parc, Alexandre Dumas s'était également fait construire le Château d'if, en style néo-gothique, qui lui servait de lieu de travail et de refuge. Il a été restauré, notamment grâce au mécénat du roi du Maroc Hassan II qui a financé la réfection du salon mauresque. C'est aujourd'hui un musée ouvert au public depuis 1994.

Le parc qui domine la Seine, envahi d'érables et d'acacias, a perdu les points de vue sur la vallée et nécessiterait aujourd'hui une restauration de fond.

À la fin de l'année 2015, un nouveau chantier de restauration a été mis en place. 

D'après Wikipédia