Bogota a été fondée le 6 août 1538 par le conquistador espagnol Gonzalo Jimenez de Quesada. Composée de 20 districts, elle est la métropole incontestée du pays aux points de vue administratif, économique et politique..

Bogota se trouve au centre de la Colombie, dans une zone naturelle appelée savane de Bogota, située dans la partie sud de l’Altiplano cundiboyacense, ensemble de hauts plateaux de la cordillère Orientale, une ramification de la cordillère des Andes. Pour ce qui est de la superficie, Bogota est la plus grande ville de la Colombie, et son altitude de 2 640 mètres fait d'elle la troisième plus haute capitale du monde après La Paz (Bolivie) et Quito (Equateur).

z03

En 2013, la population de l'agglomération s'élève à 8.744.000 habitants. Elle s'étend sur 33 km du nord au sud, et sur 16 km d'est en ouest.

Bogota, ville la plus grande et la plus peuplée de Colombie, est aussi la plaque tournante industrielle, économique, culturelle et touristique du pays. Pour toutes ces raisons, elle occupe également une place prépondérante en Amérique latine.

La présence de nombreux musées, théâtres et bibliothèques participe à offrir à la ville une situation d'un grand intérêt sur le plan culturel. Certains de ces lieux culturels figurent parmi les plus importants de Colombie. De plus, des festivals de renommée nationale et internationale y sont organisés, attirant un public venu du monde entier.

L’UNESCO lui a décerné le titre de Capitale mondiale du livre de l'année 2007. La ville est surnommée « l'Athènes sud-américaine ».

À partir de -10.500, des chasseurs-cueilleurs habitent la zone. Dès -3500, on remarque l’existence d’activités horticoles, de poterie et de la domestication du cochon d'Inde. En -500, la culture du maïs et celle de la pomme de terre sont déjà largement répandues. Jusqu'en l'an 800 de notre ère, les Muiscas (la peuplade indigène la plus importante de la famille chibcha) vivent dans la zone, résultat d'une migration d'origine chibcha, provenant d'autres territoires, qui s'est mélangée avec la population déjà présente.

z04

La culture chibcha ne connaît pas l’écriture. En 1470, le zipa Saguanmachica gouverne Bogota. Tout en haut de l’échelle sociale se trouve le monarque absolu (le zipa), suivi par l’ordre religieux des sages et des moines. Ensuite viennent les guerriers, puis les artisans, les commerçants, les paysans, etc.

Les Chibchas ont ont élaboré un calendrier d’une grande précision et une structure juridique complexe, connue sous le nom de « Code de Nemequene ». 

Gonzalo Jimenez de Quesada conquiert la savane de Bogota. Il annonce « la fondation de facto » de Santa Fe de Bogota ; la cérémonie a lieu le 6 août 1538. Douze cabanes sont construites ainsi qu'une chapelle dans le site appelé Thybzacá, aujourd’hui Teusaquillo, le 13e district de Bogota. 

Le 22 avril 1539, Gonzalo Jiménez de Quesada procède aussi à la fondation de Santa Fe. Il donne à Santa Fe et aux territoires alentour le nom de Royaume de Nouvelle-Grenade dont la ville est alors la capitale. Puis  la ville devient dépendante de la vice-royauté du Pérou, fondée le 20 novembre 1542 par Charles Quint. 

En 1717, la cité devient la capitale de la vice-royauté de Nouvelle-Grenade, créée par la couronne d'Espagne.

z05

Arènes de Santa Maria

Quelques-uns des créoles les plus influents de la vice-royauté - comme Policarpa Salavarrieta (1795-1817), héroïne de la résistance colombienne, et Antonio Narino (1765-1823), président de l'Etat libre de Cundinamarca de 1811 à 1813, puis vice-président de la Grande Colombie en 1821 - habitent la ville. C’est en grande partie là que le mouvement indépendantiste se produit. Les frères Francisco et Antonio Morales reçoivent à dîner un fonctionnaire du roi arrivé d’Espagne. En quête d'un fleuriste pour la décoration de la salle où estprévu cet évènement, ils interrogent un commerçant espagnol, José González Llorente, qui tient boutique au coin nord-est de l'actuelle place Bolivar, la principale place de Bogota. Ils sont rejetés par celui-ci d'une façon qu'ils jugent inappropriée. C'est le prétexte d'une rixe qui dégénère en désordre populaire et marque, le 20 juillet 1810, le début de la lutte et du Cri (El Grito) pour l’Indépendance. Bien que le territoire soit reconquis en 1816 par les Espagnols, il obtient l’indépendance définitive en 1819.

Bogota devient la capitale de la Grande Colombie jusqu’en 1830, quand la dissolution de cet État permet de générer ceux qui sont aujourd'hui l'Equateur, le Venezuela et la Colombie (le Panama proclame son indépendance en 1903). Jusqu'à la fin du XXe siècle, l'histoire de la Colombie n'est qu’une suite de guerres civiles, dont la plus notoire est la guerre des Mille Jours (1899-1902), au cours de laquelle les factions du parti conservateur et du parti libéral massacrent la population.

Bogota reçoit, en 1861, le titre de capitale des Etats-Unis de Colombie.  

En 1884, le service de tramway de la ville commence à fonctionner de la place Bolivar jusqu'à Chapinero. Il était tiré par des mules.

En 1889 est inaugurée la première ligne de chemin de fer reliant Bogota à Facatativa. La population de la ville en 1912 dépasse à peine 120.000 habitants.

z06

Patio du Musée Botero

Dans les années 1920 est inauguré à Bogota le premier aéroport d’Amérique latine et la ville commence à être approvisionnée en énergie électrique permanente avec la construction d’une centrale électrique, toujours en service, à la cascade du Tequendama, une chute d'eau de 132 mètres de haut. La décennie suivante voit l'élaboration des premiers projets urbanistiques en l’honneur du quatrième centenaire de la fondation de la ville : un complexe urbanistique dans le quartier de Teusaquillo, la Cité universitaire, le parc national Enrique Olaya Herrera, ainsi nommé en hommage au président de la Colombie de 1930 à 1934, et le stade Nemesio Camacho El Campin.

Cette floraison est néanmoins assombrie par l'assassinat, le 9 avri 1948 de Jorge Eliecer Gaitan, homme politique colombien très populaire, chef du Parti libéral. Destruction et pillage d'une partie de la ville s'ensuivent lors des évènements baptisés Bogotazo marquant le début de La Violencia, période de guerre civile qui dura jusqu'en 1960.

Les familles de nantis, qui habitaient jusque-là dans le centre de la ville, commencent progressivement à déménager vers d’autres secteurs tels que Chapinero, Usaquen ou Suba.

La dictature militaire dirigée par le général Gustavo Rojas Pinilla de 1953 à 1957 contribue au développement de la cité grâce à la construction de l’Autopista Norte, du nouvel aéroport international El Dorado, principal aéroport de Bogota ainsi que du pays, et à la reconstruction de l'avenue reliant le centre de la ville (Calle 26) et le Centro Internacional de Bogotá près duquel avait été inauguré l'hôtel Tequendama quelques années plus tôt.

z19

Cathédrale de l'Immaculée Conception

Divers évènements se sont déroulés dans le cadre du conflit armé en Colombie, qui débute vers le milieu des années 1960 pendant lesquelles des guérillas ont lieu, s'opposant par la suite aux groupes paramilitaires qui se constituent au cours des années 1980. Parmi les faits les plus frappants, on note la prise de l’ambassade de la République dominicaine, l’assaut contre le Cantón Norte, la prise du Palais de Justice de Bogota, l’attentat terroriste contre le Club El Nogal, de même que l’attentat perpétré par les trafiquants de drogues contre le bâtiment du Departamento Administrativo de Seguridad.

À partir du premier mandat du mathématicien et philosophe Antanas Mockus en tant que maire en 1995, la ville a subi d’importants changements. Au développement du système de transports en commun s’ajoutent la récupération d’espaces piétonniers, la construction de bibliothèques publiques et d'un réseau de pistes cyclables. On peut y ajouter l’implémentation de projets comme le Pico y Placa, un programme de restrictions véhiculaires, la Hora zanahoria, une réglementation des heures de fermeture des débits de boissons, et d’autres programmes sociaux comprenant la création de restaurants communautaires et l’augmentation de la couverture éducative pour les familles ayant de bas revenus.

Le tourisme a été déconseillé pendant plusieurs années en Colombie à cause du conflit armé interne. À partir des années 2000, grâce à des campagnes intensives de publicité ainsi qu'aux améliorations des infrastructures et de la sécurité, cette activité s'est développée à Bogota. En 2007, l'Instituto de Turismo Distrital (l'Institut de Tourisme du District) a été créé avec l'objectif de faire de Bogota une destination touristique de premier plan.

D'après Wikipédia