Un château d'eau est une construction destinée à entreposer l'eau et placée en général sur un sommet géographique pour permettre de la distribuer sous pression.

z05

Vandoeuvre-les-Nancy (Meurthe-et-Moselle)

L'entreposage de l'eau dans un réservoir joue un rôle de tampon entre le débit demandé par les abonnés et le débit fourni par la station de pompage. Il permet ainsi d'éviter de démarrer trop souvent les pompes et de les protéger. Une telle réserve permet également de faire face aux demandes exceptionnelles en cas d'incendie.

Aspects techniques

L’eau est acheminée du point d'eau au réservoir. Si l'altitude du point d'eau est inférieure à l'altitude du réservoir, on utilise des pompes pour relever l'eau jusqu'à ce dernier. L’eau est ensuite envoyée dans un réseeau gravitaire qui va assurer son acheminement vers l’ensemble des habitations. La pression de l’eau qui est fournie au robinet des abonnés est proportionnelle au dénivelé qui existe entre le niveau d’eau dans le château d’eau et l'habitation.

Les plus grands châteaux d'eau peuvent contenir plusieurs dizaines de milliers de mètres cubes d’eau.

Avantages et inconvénients

Plusieurs phénomènes principaux ont marqué une remise en cause des châteaux d'eau :

  • sur le plan technique, l'amélioration des techniques de mise sous pression des réseaux de canalisation d'eau ;
  • sur le plan esthétique, le château d'eau a connu les attaques des défenseurs de l'environnement et des paysages ;
  • sur le plan financier, leur coût est élevé, en termes de construction comme d'acheminement de l'eau.

À l'inverse, les défenseurs des châteaux d'eau expliquent que :

  • ils forment un élément de sécurité d'approvisionnement ;
  • ils assurent une pression constante sur le réseau ;
  • ils constituent un élément de sécurité de l'eau, un bassin de décantation supplémentaire ;
  • ils servent de repères pour les promeneurs, les pilotes d'avions.

z06

Sangatte (Pas-de-Calais)

Aspects historiques

Le château d'eau est le symbole de civilisations avancées sur le plan technique, mais aussi celui de l'organisation. Ainsi, « toutes les grandes civilisations s'y sont frottées. En 100, Rome compte 19 aqueducs, 250 châteaux d'eau et 1352 fontaines » qui apportent l'eau courante à la ville.

Après une longue éclipse dans la civilisation européenne, remplacé par le système plus rudimentaire du porteur d'eau, le château d'eau réapparaît au XIXe siècle. L'exode rural s'accompagne alors de la multiplication de ces équipements dans les villes aussi bien que dans les gares, pour l'approvisionnement des locomotives à vapeur. L'un des premiers, l'ingénieur allemand Otto Intze découvre vers 1860 les avantages de l'acier dans la construction des châteaux d'eau. Il édicte le principe de réservoirs tronconiques, construit au sommet d'une pile en maçonnerie : dispositions qui équilibrent les pressions de l'eau sur la structure et économisent le volume de maçonnerie, donc de travaux.

En France, en 1930, 23 % des communes sont équipées d'un réseau de distribution d'eau à domicile. En 1945, seulement 30 % des communes rurales sont équipées. C'est à la fin des années 1980 que la quasi-totalité des Français bénéficie de l'eau courante à domicile. L'arrivée de l'eau courante dans la totalité des communes de France a été réalisée grâce à une intense activité de construction de châteaux d'eau durant les années 1950, 1960 et 1970 : une période correspondant à l'aménagement du territoire rural, symbolisant à l'époque l'accès ostensible au progrès.

Dans les années 1980 se sont développées les implantations de réservoirs enterrés assortis de groupes de surpression.

z07

Doué-la-Fontaine (Maine-et-Loire)

En France, à la fin de l'année 1999, les châteaux d'eau ont été remplis pour faire face à d'éventuelles conséquences de dysfonctionnements des systèmes informatiques dus au passage informatique à l'an 2000. Finalement, les quelques dysfonctionnements observés n'ont eu aucune conséquence notable sur le fonctionnement des systèmes de distribution d'eau potable.

Aspects patrimoniaux

Certains châteaux d'eau, spectaculaires ouvrages d'art, font aujourd'hui partie du patrimoine industriel. D'autres, désaffectés, ont été reconvertis :

  • en logements, que ce soit de manière individuelle (à la manière d'un loft) ou collective (logements sociaux) ;
  • en tours d'observation et/ou restaurants panoramiques  ;
  • en relais de transmission sans fil (UHF ou téléphonie mobile).    

D'après Wikipédia