Le brutalisme désigne un style architectural d'origine anglo-saxonne qui est issu du modernisme. Il connut une grande considération entre les années 1950 et 1970. Puis il condensa sur lui une grande impopularité : c'est sous ce nom que l'on rassembla toutes les constructions « laides » en béton. Les premiers exemples d'architecture brutaliste sont inspirés des travaux de l'architecte franco-suisse Le Corbusier, notamment de sa Cité radieuse (1952) et du bâtiment ministériel de Chandigarh, en Inde (1953).

z08

Hôtel de ville de Boston, USA

Le terme « brutalisme » vient du français « brut ». Le « béton brut » était le terme employé par Le Corbusier (celui-ci voyait dans le béton son côté sauvage, naturel, primitif, sans transformation). C'est aux architectes anglais Alison et Peter Smithson que l'on doit l'usage de ce terme et la création de ce néologisme en architecture en 1954. Mais le terme ne devient véritablement populaire et positif à ses débuts qu'avec la parution de New Brutalism, ouvrage du critique Reyner Banham qui emploie le mot pour désigner la révolution architecturale en cours en Angleterre : celle des matériaux, des formes et des fonctions de l'habitat et des édifices publics. La vision des concepteurs de ce mouvement est plutôt éthique, philosophique, la vision établie par la population est plutôt sensitive.

Les structures brutalistes se composent de formes géométriques anguleuses qui frappent par leur répétition. La formule du « brut de décoffrage » sans revêtement ni fioriture est noble dans cette architecture. Les "coffres" sont les moules dans lesquels on moule les plaques de béton, que l'on verra peu à peu s'orner de bas-reliefs, de cannelures et autres motifs.

z09

Royal National Theatre, Londres, UK

Cependant toutes les constructions brutalistes ne sont pas en béton. Il existe également des bâtiments que l'on peut qualifier de brutalistes en raison de leur apparence massive et sans apprêt, parce qu'ils exhibent des matériaux ou des équipements structurels qui sont d'habitude dissimulés. Par exemple le Centre Pompidou à Paris de Richard Rogers et Renzo Piano est considéré comme une œuvre brutaliste ou high tech selon les écoles.U n grand nombre des constructions d'Alison et Peter Smithson sont en fait constituées en brique acier et verre, par exemple la Hustanson School de Norfolk, Angleterre, 1954.

L'inspiration initiale de ce mouvement issu du Mouvement moderne est trouvée dans les formes développées par Mies van der Rohe. Elles sont malheureusement mal traduites dans la reconstruction de l'Angleterre d'après guerre et reproduisent mal le Mouvement moderne. Le brutalisme est alors déterminé par des architectes britanniques pour qualifier leur propre production.

Le brutalisme reste en opposition à l'enseignement formaliste de l'époque qui continue sur la voie historisciste appliquée pendant la révolution industrielle. Ce style sera critiqué par les théoriciens du brutalisme pour l'invalidité de ses principes dans la pratique contemporaine. Ainsi, en réaction aux formalistes, les constructions à architecture brutaliste chercheront à opposer, comme les modernistes, la « belle » matérialité (à vertu d'économie) aux principes formels (dispendieux) aboutissant au « beau ».

z10

Hôtel des Télécommunications, Cluj Napoca, Roumanie

Cette option prise initialement par Le Corbusier pour l'apparence de ses Unités d'Habitation fournit le principe brutaliste régissant les cités nouvelles d'habitation dues la migration de population des campagnes vers les villes dans le monde occidental mais aussi dans les pays du bloc politique de l'est. Cependant le principe de « machine à habiter » de Le Corbusier disparaît au profit d'une notion de « plateau libre à équiper » pour les volumes intérieurs.

L'éducation supérieure qui se démocratise dans ce monde utilise aussi les principes brutalistes pour établir rapidement des campus universitaires de façon peu onéreuse. Par exemple l'Institut de technologie de l'Illinois aux États-unis 1956, le Centre des arts à l'université de Bochum en Allemagne 1966, l'École fédérale d'architecture et d'urbanisme de São Paulo au Brésil 1969 utilisent le brutalisme. En Australie la Haute cour d' ustralie d'architecture brutaliste fut bâtie en 1978. En Italie, plusieurs architectes ont dessiné des œuvres importantes brutalistes comme la Torre Velasca à Milan du Groupe BBPR en 1958. En France la construction marquante du brutalisme fut le centre administratif de Pantin de Jacques Kalisz en 1972.

La composition des cités par des cellules d'habitat agrégées sur plusieurs niveaux ayant des plans multiples par variation modulaire et une répétitivité de système constructif avec beaucoup de verre pour la lumière se poursuit dans ce mouvement en Europe. Des cadres de poutrelles acier et brique de remplissage sont utilisés au Royaume uni, des panneaux béton et briques apparentes sont utilisés en Scandinavie, Suisse, France.

z11

Ambassade tchèque, Berlin, Allemagne

L'échec en Occident des projets d'implantation de « communautés fonctionnelles » dans les ensembles urbains à architecture brutaliste, (notamment en Grande-Bretagne), a jeté le discrédit et sur l'idéologie et sur le style architectural et sur le matériau qui l'incarnaient : le brutalisme architectural, partant d'un matériau "brut", le béton, devient synonyme de « brutalité » économique. En France ce concept est traduit par l'idée que l'urbanisation est faite par des « bétonneux ».

Pour cette raison, un bon nombre des ouvrages architecturaux de cette époque et ultérieurs exprimant la matérialité « brute » ne se réclament pas du brutalisme, mais plus simplement de l'expressionnisme continué, du mouvement moderne continué.

Cependant la philosophie du brutalisme a été poursuivie en Amérique du Sud après le Mouvement moderne : par exemple en 1982 à Sao Polo au Brésil Lina Bo Bardi reprenant l'ancienne usine Pompeia construit des salles de sport, un château d'eau en trois bâtiments brutalistes qu'elle considère être dans l' « archittetura povera ». La philosophie du brutalisme est encore de nos jours poursuivie par des architectes contemporains par exemple Jacques Herzog qui utilisent encore la simplicité des formes géométriques simples agrégées dans des enveloppes montrant positivement leur structure et leur éléments de remplissage brique et béton.

D'après Wikipédia

Cet article a été programmé car je suis absente jusqu'au 27 juillet. Je répondrai à vos messages dès mon retour.