Architecture, patrimoine et urbanisme

26 avril 2017

LAURE DES GROTTES DE KIEV - UKRAINE

La laure* des Grottes de Kiev est un important monastère orthodoxe. Elle est le lieu de résidence du primat de l'Église orthodoxe d'Ukraine (Patriarcat de Moscou), métropolite** de Kiev.

z19

Le monastère troglodytique est fondé en 1051 par des moines venus du mont Athos en Grèce, saint Antoine l'Athonite et saint Théodose de Kiev). Il devient par la suite un centre important de l'orthodoxie dans la Rus' de Kiev. En 1096, le monastère sera pillé par les Polovtses dirigés par le khan Boniak. Ce sont des moines de ce monastère, et en premier lieu Nestor qui entreprirent la rédaction des Chronique des temps passés aux alentours de 1111 affirmant l'origine Varègue de la première dynastie russe des Riourikides. Cette origine ne fait toutefois pas l'unanimité parmi les historiens.

Le 25 janvier 1918 y est fusillé le métropolite Vladimir de Kiev. Cet évêque qui, fait exceptionnel, avait occupé successivement les sièges de Saint-Pétersbourg, Moscou et Kiev, est tenu symboliquement pour le premier martyr de la Révolution russe.
 
L'ensemble architectural de la laure des Grottes de Kiev est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1990.

z17

La laure des Grottes de Kiev est également l'un des plus grands musées ukrainiens. Son aspect actuel appartient au style baroque.

* Une laure est un établissement monastique chez les orthodoxes ou catholiques de rite oriental.

**  titre religieux porté par certains évêques des Églises d'Orient.

z20

 

D'après Wikipédia

 

Posté par GirlyMamie à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


25 avril 2017

RAVENSBOURNE COLLEGE - LONDRES - UK

C'est le Foreign Office Architects qui a construit le nouveau campus du Ravensbourne College of Design and Communication (2010), situé à Greenwich Peninsula.

z01

La façade est composée de 28 000 tuiles d'aluminium, de trois formes et couleurs différentes. Elle est trouée de fenêtres rondes de tailles diverses, avec deux rangées d'ouvertures par étage pour faire entrer la lumière et profiter de la vue sur la ville.  

A l'entrée nord, on trouve un atrium ouvert au public, et un autre côté sud réservé aux étudiants et au personnel, surélevé, au-dessus de la bibliothèque.

Un pont intérieur s'étire d'est en ouest, surplombant les parties public et étudiants.

z02

z03

 

         

 

   

Posté par GirlyMamie à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

24 avril 2017

SINGAPOUR

Singapour, en forme longue la République de Singapour, est une cité-État d’Asie du Sud-Est. Sa superficie est de 719,1 km2. Elle comprend 63 îles, dont la principale est Pulau Ujong (584,8 km2). Cette île est très densément urbanisée, mais la végétation luxuriante – même en plein centre-ville – a valu à Singapour le surnom de « ville jardin ». Cette abondance de verdure découle en partie d'un climat équatorial, uniformément chaud et orageux tout au long de l'année. Sa densité de population est la plus élevée d'Asie et la deuxième au plan mondial ; elle compte 5.536.000 habitants.

03

L'État de Singapour est situé à l'extrême sud de la péninsule malaise, dont il est séparé au nord par le détroit de Johor, et borde au sud le détroit de Singapour. Il est connu et souvent montré en exemple pour son extraordinaire réussite économique. Après l'indépendance, en 1965, Singapour a su devenir, avec très peu de ressources naturelles et des problèmes socio-économiques importants – émeutes raciales, chômage massif, difficultés de logement et d'accès à l'eau –, l'un des pays les plus développés et les plus prospères du monde, en termes d'économie, d'éducation, de santé, de sécurité et d'urbanisme. La ville, cité souveraine, est un réduit chinois au cœur même du monde malais : la population est majoritairement composée de Chinois (74,3 %). De cette confrontation ethnique sont nés en partie les troubles qui ont accéléré son retrait de la Malaisie, le 9 août 19656.

« Tumasik », l'ancien nom de l'île où se trouve Singapour, est attesté dès le XIVe siècle. Le Nagarakertagama, un poème épique écrit en 1365 dans le royaume javanais de Majapahit, le mentionne parmi les quelque cent « contrées tributaires » du royaume. En réalité, le territoire contrôlé par Majapahit ne s'étend que sur une partie de l'est et du centre de Java. Les « contrées tributaires » sont en fait des comptoirs formant un réseau commercial dont Majapahit est le centre. Majapahit y envoie des dignitaires dont le rôle est de s'assurer que ces comptoirs ne s'adonnent pas à un commerce privé qui échapperait au royaume.

Il semble que Tumasik ait été un objet de contentieux entre Majapahit et le royaume d'Ayutthaya (l'actuelle Thaïlande), auquel la ville finit par prêter allégeance. À la fin du XIVe Parameswara, un prince de Palembang dans le sud de l'île indonésienne de Sumatra qui refuse la suzeraineté de Majapahit se serait exilé à Tumasik. Il aurait assassiné le gouverneur de la cité et rebaptisé la cité « Singapura » (« ville du lion » en sanskrit). En fait, il n'y a jamais eu de lion sur l'île mais des tigres, il existe bien en revanche un lion asiatique, Panthera leo persica. Les explorateurs sont probablement tombés sur un fauve de la jungle et l'ont assimilé à un lion. L'animal symbolique de Singapour est un lion à queue de poisson, le Merlion. Ayutthaya serait ensuite intervenu, obligeant Parameswara à quitter la cité.

04

Après cette attaque, l'activité commerciale de Singapour cesse. L'île devient un repaire de pirates qui entretient des relations avec le sultanat de Malacca fondé par Parameswara, et sombre dans l'oubli, se vidant de ses habitants. Elle entre dans le domaine colonial néerlandais vers 1685 (Indes néerlandaises). Mais le territoire n'est pas mis en valeur, les Néerlandais se concentrent alors sur Malacca.

En 1810-1811, quand le royaume des Pays-Bas tombe sous domination napoléonienne, Singapour, l'actuelle Malaisie, ainsi que certaines parties de l'Indonésie dont Java et surtout la côte ouest de Sumatra, sont occupés par la Grande-Bretagne. Après le traité de Vienne de 1815, les régions au sud de Singapour (futures Indes néerlandaises et Indonésie) sont restituées aux Pays-Bas, tandis que les régions au nord (Singapour et future Malaisie), passent sous contrôle britannique, ce qui est effectif dès 1817. Le 29 janvier 1819, Sir Thomas Stamford Raffles fonde un poste de commerce qui deviendra Singapour.

Singapour devient une base navale britannique importante, qui permet de contrôler le passage à travers le détroit de Malacca tandis que les Néerlandais reviennent définitivement dans certaines zones de Java et Sumatra au début de 1826. En effet, une grande part des ressources économiques des Indes néerlandaises sont sous contrôle des Britanniques, dont les investissements sont les plus visibles à Sumatra (surtout sur la côte ouest). Les Néerlandais sont en effet durant quelques années maintenus plus au sud, pour éviter toute tentative colonialiste française. Les Britanniques renoncent définitivement à la colonisation de Sumatra vers 1850, au bénéfice des Néerlandais. Ces derniers, très fragilisés, ne seront pleinement maîtres de l'Indonésie qu'au début du XXe siècle.

La colonie est placé sous la bureaucratie étendue et la hiérarchie complexe de la Compagnie britannique des Indes orientales. Plus tard, des commerçants font pression sur les Britanniques pour réformer la législation car il y a un besoin croissant de nouvelles mesures contre le crime et la piraterie.  

05

Marina Bay Sands

Durant la colonisation britannique, l'immigration se développe. Les Britanniques font venir dans la région des travailleurs chinois et indiens pour développer le commerce et travailler dans les plantations d'hévéas. 

Durant la Seconde Guerre mondiale, à partir du 15 février 1942, l’île est soumise à l'expansionnisme du Japon et intégrée dans la Sphère de coprospérité de la grande Asie orientale, à la suite d'une invasion dirigée depuis les terres, alors que les défenses de la ville étaient orientées surtout vers la mer. Au cours des massacres dits « de Sook Ching », on estime qu'entre 20.000 et 100.000 Chinois sont tués en tant qu'« éléments anti-Japonais » pendant l'occupation. Les historiens locaux appellent cette période « les années les plus sombres de l'histoire de Singapour ». L'armée impériale japonaise y implante également l'unité de recherche bactériologique 9420, une filiale de l'unité 731, où des chercheurs nippons pratiquaient des expérimentations sur des cobayes humains. Dans le même temps, un camp de prisonniers de guerre existe à Singapour, appelé « camp de Changi ». Des militaires britanniques, américains et australiens, principalement, capturés dès 1942 ou durant la guerre, y sont détenus. Les pertes humaines y sont nombreuses, à cause de l'hygiène déplorable et de la famine. L'Empire britannique récupère Singapour seulement le 5 septembre 1945.  

En 1959, les Britanniques dotent Singapour d’une Constitution propre et Lee Kuan Yew est élu Premier ministre. Son parti, le People's Action Party propose alors l’intégration à la Fédération des États de Malaisie, ce qui est fait le 16 septembre 1963. Peu après, les Malais de la péninsule forcent Singapour à quitter la Fédération ; dès 1964, des troubles éclatent, et l’indépendance de la République de Singapour vis-à-vis de la Fédération est proclamée le 9 août 1965.

06

Singapour présente une grande variété de types d’habitats. La cité-État a fait construire des milliers de logements collectifs pour une grande partie de la population. Dans chaque bloc, la mixité sociale est de règle, mais le mélange culturel est savamment dosé : les habitants sont « rangés » par immeuble en fonction de quotas ethniques. 85 % des habitants vivent dans ces logements publics communément appelés « HDB » ; il faut être de nationalité singapourienne ou être résident permanent pour y avoir droit. Les blocs d'habitation, construits par le HDB, alternent avec des zones pavillonnaires, des maisons individuelles (même dans la City) ou des villas cossues. Les immeubles collectifs du HDB sont de bonne qualité et bien entretenus. Ils ne dépassent pas en général pas 25 étages.

Avec les immeubles de bureaux, il y a plus de 480 gratte-ciel à Singapour.

Environ un quart du territoire est constitué de zones non bâties. Quelques réserves (Bukit Timah, Sungei Buloh Wetland Reserve, entre autres) représentent ce qui reste de la forêt primaire. La partie ouest de l'île a été volontairement conservée à l'état naturel, parfois même, vidée de ses habitants. Cette politique a un triple objectif : conserver des zones naturelles, favoriser les captages et les réservoirs d'eau douce, et enfin, il s'agit d'un terrain idéal pour l'entrainement des forces armées singapouriennes à la guerre de jungle.

D'autres zones vertes sont réparties sur l'île, parfois en pleine ville : Bukit Batok Nature Park, Pasir Ris Town Park, l'ensemble constitué par Mount Faber Park, Telok Banglah Heights et Pasir Panjang, etc.

Les zones vertes de l'île servent d'habitat à un certain nombre d'animaux en liberté. On peut y observer par exemple des varans, des serpents et lézards, des tortues d'eau et des singes.

D'après Wikipédia

 

Posté par GirlyMamie à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 avril 2017

MAISONS FORTES

Les maisons fortes ou maison fortifiées sont des édifices signalés dans les textes à partir du dernier tiers du XIIe siècle. Ces édifices, qui ne sont pas des châteaux (castrum, castellum), sont cpendant plus qu'une simple résidence (domus). Ce phénomène se poursuit largement dans la première moitié du XIIIe siècle et prend fin au début du XVIe siècle. Elles peuvent présenter l'aspect d'une maison solide avec tours ou avoir l'apparence d'une bâtisse construite de bric et de broc. 

01

Le "château du Mont", exemple de maison forte rurale sur la commune de Sazeray, Indre

Il est souvent difficile de catégoriser tel édifice en château plutôt qu'en « maison fortifiée ». Les chercheurs actuels donnent la définition de château comme « le lieu de résidence d'un détenteur du droit de ban (justice, police, commandement), à l'origine d'une circonscription territoriale, châtellenie ou bourg », et non le développement autour d'une fortification mineure. Cette définition permet de ranger sous le terme de maison forte les résidences seigneuriales ou habitats fortifiés mineurs, distincts des châteaux. De par son implantation à la campagne, on peut parler de maison forte rurale et, par extension, de petite noblesse rurale. Les maisons fortes sont principalement situées aux abords des bourgs, le long des routes principales ou à la frontière d'une seigneurie. Elles appartiennent à des cadets, à des parents ou à des alliés de grandes familles seigneuriales. N'ayant pas de droits seigneuriaux dans la structure féodale, les propriétaires de ces maisons fortes jouissent cependant de droits économiques d'où leur positionnement près des gués et des passages, des moulins et des centres de production artisanale. Du point de vue défensif, les maisons fortes doivent pouvoir résister quelques heures à l'assaut d'une petite troupe.

Le nombre important de maisons fortes est à mettre en relation avec la prolifération de chevaliers qui accèdent à la noblesse dans la deuxième moitié du XIIe siècle.
 
Les « bâties » et non « maison », dépendant également d'un chef-lieu de châtellenie, sont un type de fortifications qui remplissent un rôle similaire à celles des maisons. À la différence de ces dernières que l'on rencontre également en milieu urbain, qui sont moins puissantes et plus adaptées à l'habitation et qui intègrent pour nombre d'entre elles des dépendances leur donnant une fonction agricole, les bâties, toujours situées en zone rurale, présentent un caractère essentiellement militaire. On peut citer par exemple les bâties des Allymes, celle de Buenc ou encore celle de Luisandre.

02

Maison forte des Allinges, Dauphiné 

À l'instar du château qui a servi de modèle, les détenteurs des maisons fortes ont cherché à imiter ce dernier en n'en reprenant que les éléments les plus significatifs et les plus chargés de symboles que sont la tour et la salle. Elle présente une organisation dans l'espace calquée sur le château, avec ses espaces dédiés à la vie privée, ses lieux de sociabilité et ceux dédiés à la pratique de la religion. Elle traduit l'identité de son possesseur, son niveau de richesse, ses besoins, son goût, son statut et son rôle dans la société médiévale.
La maison forte, en plus de l'image de force et de domination, ne néglige pas pour autant l'aspect esthétique. Un soin est apporté aux aménagements extérieurs, à l'organisation intérieure et à la présence de nombreux décors peints. 

Les recherches actuelles menées en Franche-Comté, en Lorraine, en Bretagne, en Bourgogne, montrent des morphologies variées ; en Savoie, on parlera de maison-tour et en Bretagne de manoir.
 
Au XIVe siècle, on assiste à l'avènement d'une nouvelle noblesse, la « noblesse de cour ». Ce sont les nouveaux détenteurs des maisons fortes avant d'être aux mains des princes et des ecclésiastiques. Les communautés religieuses, cisterciens et bénédictins, séduites par le principe d'un logis fortifié implanté à la campagne, ont compté également dans leur patrimoine immobilier ce type de résidence.
Aujourd'hui, bon nombre de ces édifices se présentent à nous sous une forme qui les rapproche plus de la ferme ou des demeures de gentilshommes campagnards, et ne portent pas d'attributs dignes d'un rang noble.

D'après Wikipédia

 

Posté par GirlyMamie à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 avril 2017

CHISWICK HOUSE - UK

Chiswick House est une villa de style néo-palladien qui appartenait à Richard Boyle, 3e comte de Burlington, plus connu sous le nom de Lord Burlington, célèbre architecte dont le goût et le raffinement ont souvent été loués. Il conçoit et construit la villa en 1726 et s'adjoint les services de William Kent pour la réalisation du jardin.

z19

La villa, surmontée d'une coupole octogonale, est inspirée de celle de Andrea Palladio près de Vicence en Vénétie, la Villa Capra dite Rotonda et, en même temps, est un parfait exemple de l'architecture du XVIIIe siècle, avec son portique à colonnes, ses plafonds décorés de fresques. Elle diffère de la villa Capra par trois traitements différents des quatre façades au lieu de la parfaite symétrie adoptée pour chacune de celles de la villa de Vicence. Elle possède une superbe collection de peintures et un mobilier palladien.

Chiswick House n'étant pas sa seule demeure, le comte de Burlington n'a pas éprouvé le besoin d'installer les aménagements intérieurs que l'on trouve normalement dans ce type de villa. Néanmoins, elle a été raccordée à d'autres bâtiments destinés à abriter des pièces supplémentaires et le quartier des domestiques.

Dans les années 1750, les Devonshire, la famille du gendre de Burlington, héritent de la propriété. Possédant d'autres résidences, ils habitent peu la villa mais, afin de l'agrandir, ils y ajoutent deux petites ailes, qui ont été détruites depuis. Victor Cavendish, le 9e duc de Devonshire, vend Chiswick House à la municipalité de Brentford en 1929. La villa et ses jardins sont placés sous l'égide de l'English Heritage.

z24

Les restes des jardins italiens originels occupent une partie ouverte au nord de la villa. Les spécimens les plus remarquables des essences présentes sont, entre autres, de magnifiques cèdres du Liban. La présence d'espèces méditerranéennes, cyprès, arbousier, laurier-cerise et la disposition géométrique du jardin italien offrent un contraste complet avec le reste de la conception paysagère du domaine.

 

Posté par GirlyMamie à 07:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


21 avril 2017

STADE DE MANCHESTER OLD TRAFFORD - MANCHESTER - UK

Old Trafford est un stade de football, résidence de Manchester United depuis 1910 à l'exception de la période 1941 à 1949, quand le stade est détruit par des bombardements allemands. Pendant cette période, Manchester United doit alors partager l'ancien terrain de Manchester City, Maine Road, avec son rival. 

Z05

Dessiné par l'architecte écossais Archibald Leitch, l'enceinte est imaginée pour pouvoir accueillir environ 80 000 spectateurs. La construction du stade est terminée à la fin de l'année 1909. Le stade est inauguré le 19 février 1910 à l'occasion d'un match entre Manchester United et Liverpool. En 1936, le stade est rénové. L'ensemble des modifications comprend l'ajout d'un toit sur la tribune Nord tandis que les virages Sud sont couverts en 1938. Durant la Seconde Guerre mondiale, l'armée réquisitionne Old Trafford et l'utilise comme dépôt. Des matchs de football continuent à y être joués jusqu'aux bombardements allemands sur Trafford Park le 22 décembre 1940 qui endommagent le stade. Un nouveau raid allemand le 11 mars 1941 en détruit une grande partie du stade, notamment la tribune principale et la tribune Sud. Cela oblige le club à déménager.  

La War Damage Commission accorde à Manchester United 18.000 livres pour reconstruire les tribunes. Pendant la réhabilitation du stade, Manchester United joue ses matchs à domicile à Maine Road, le stade de Manchester City. Old Trafford est rouvert en 1949.

Avec la Coupe du monde de football de 1966, les directeurs du club sont incités à repenser complètement les tribunes Nord et Est. Les vieux piliers de toit sont remplacés en 1965 par un toit en porte-à-faux au style moderne, permettant à chaque spectateur d'avoir une vue complètement dégagée. En outre, la tribune United Road est agrandie. Les architectes de la nouvelle tribune, Mather and Nutter (aujourd'hui Atherden Fuller), modifient la disposition des tribunes pour avoir des places debout devant, un large espace de places assises derrière et les premières loges privées d'un terrain de football britannique.

Z06

L'année 1973 voit l'achèvement du toit autour de la circonférence du stade ainsi que l'ajout de 5.500 sièges. Puis, en 1975, une expansion commence, d'abord par l'ajout d'un bureau de la direction sur la tribune principale et d'un restaurant. Par endroits, la vue est toujours entravée par les piliers de toit. Le quart de cercle du sud-est est alors détruit et remplacé en 1985 par une section assise.

Les succès et la hausse de popularité du club au début des années 1990 rendent nécessaires de nouveaux travaux. En 1995 débute la construction d'une toute nouvelle tribune Nord. Le club achète un site de 20 acres en mars 1995 pour la construction de cette nouvelle tribune. Les travaux débutent à la fin de la saison 1994-1995 et se terminent en mai 1996. Dessinée par Atherden Fuller, la nouvelle tribune à trois niveaux amène la capacité du stade à 55.000 places. Le toit de cette tribune est le plus grand d'Europe. Un deuxième niveau est ajouté à la tribune Est. Il est ouvert en janvier 2000. Peu de temps après, l'ouverture du second niveau de la tribune Ouest porte la capacité du stade à 68.217 places. 

La plus récente expansion d'Old Trafford a lieu entre juillet 2005 et mai 2006 et voit une augmentation de 8.000 sièges avec l'ajout de deuxièmes niveaux aux quarts de cercles situés au nord-ouest et nord-est du stade. Elle porte la capacité du stade à 76.000 places dont 8.000 sièges luxueux. 

En 2012, Old Trafford devient l'un des premiers stades de football à répondre à la norme ISO 20121 : « Systèmes de management responsable appliqués à l’activité événementielle – Exigences et recommandations de mise en œuvre ».

z07

Manchester United a toujours des projets pour augmenter la capacité du stade. L'étape suivante est la reconstruction de la tribune Sud, qui n'a qu'un seul niveau contrairement aux trois autres tribunes. Une reproduction du développement des tribunes Nord et des coins Nord-Est et Nord-Ouest dans les tribunes Sud porterait la capacité du stade aux environs de 95.000 places.
pour leur appui vocal au club même si beaucoup d'entre eux sont aujourd'hui transférés au deuxième niveau de la tribune Ouest49.

Old Trafford accueille régulièrement des matchs de rugby, de boxe, des concerts, des mariages, des fêtes de Noël et des conférences de travail.    

D'après Wikipédia

  

Posté par GirlyMamie à 08:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 avril 2017

SOFIA - BULGARIE

Sofia est la capitale et la plus grande ville de la Bulgarie, à 590 mètres d'altitude au pied du mont Vitocha, non loin du fleuve Iskar. Elle compte 1,4 million d'habitants. Sofia est également la quatrième plus grande ville des Balkans, après Istanbul, Athènes et Bucarest. Elle est à la fois le centre politique et culturel du pays, son principal centre d'échanges ainsi que son premier centre industriel, avec des activités sidérurgiques, métallurgique, de construction mécanique et de chimie. C'est également un centre universitaire depuis 1888.

z21

La ville occupe une position géostratégique très importante dans la région, ce qui a largement contribué à son expansion démographique.

La région est le lieu d'une implantation humaine ancienne, remontant au néolithique (début du Ve millénaire av. J.-C.). Les traces de plusieurs villages de cette époque ont été découvertes dans la région. Des vestiges du chalcolithique ont été découverts dans le centre-ville. Le principal établissement de la tribu thrace des Serdes se trouvait sur l'emplacement de l'actuelle Sofia ; leur culture semble marquée par une forte influence des Celtes.
 
La région est conquise par les Romains, en 29 de l’ère chrétienne, qui font de Serdica la capitale de la province de Dacie. Au IIIe siècle, sous Aurélien, les Romains ils bâtissent d'épaisses murailles autour de la ville qui est une importante étape sur la route romaine de Naissus (actuelle Niš, Serbie) à Byzantium (actuelle Istanbul, Turquie). En 311, l'empereur romain Galère y signe un édit de tolérance qui met fin à la persécution des chrétiens.

En 441, la ville est prise et pillée par les Huns. Elle est rebâtie par l'empereur byzantin Justinien Ier, sous le nom de Triaditsa.

z22

Cathédrale Saint Alexandre Nevski

En 809, la ville est conquise par les Bulgares et elle reçoit le nom de Sredets. Elle est rapidement considérée comme l'une des plus importantes villes féodales du premier Empire bulgare. Au sud de Sofia, au pied du mont Vitocha, se trouve l'église de Boyana dont les fresques qui remontent au milieu du XIIIe siècle sont un des vestiges culturels bulgares et européens les plus importants.

En 1382, elle est prise par les Ottomans qui en font la capitale de la province de Roumélie.

À l'époque moderne, sous la domination ottomane, la ville est une des résidences du beylerbey de la vaste province de Roumélie, un des plus hauts dignitaires de l'Empire. Cependant, elle décline au XVIIIe siècle quand les pachas choisissent de résider à Monastir. Elle devient une petite capitale provinciale sans grand rayonnement. La mosquée Bania Bachi, construite en 1567, est un des rares vestiges de cette période.

En 1879, à la suite de la guerre russo-turque de 1877-1878, Sofia devient la capitale de la principauté de Bulgarie. Elle change alors rapidement de visage, se transformant en métropole occidentale moderne.

z23

Boulevard Rakovski

Sofia connaît un développement rapide à partir de la fin du XIXe siècle du fait de l'essor de l'industrialisation et de l'indépendance de la Bulgarie dont elle devient la capitale politique, économique et culturelle. Un plan d'urbanisme est établi en 1881-1882 suivi de la construction de bâtiments en briques et de voies se coupant à angle droit. Plusieurs bâtiments et parcs dans l'actuel centre-ville remontent à cette époque.  

En septembre 1944, Sofia est libérée par les troupes de l'Armée rouge commandées par le maréchal Tolboukhine. Sous le régime communiste (9 septembre 1944 - 10 novembre 1989), Sofia reste le principal centre politique, économique, culturel, scientifique et universitaire de la Bulgarie, dont témoigne l'ensemble architectural Largo.

D'après Wikipédia

 

Posté par GirlyMamie à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 avril 2017

PONT-LEVIS

Un pont-levis est un type de pont mobile défensif qui se baisse et se lève pour ouvrir ou fermer le passage au-dessus d'un fossé encerclant un ouvrage fortifié.

z03

Château de Hautefort - Dordogne

On associe traditionnellement le pont-levis aux châteaux médiévaux, qui disposaient pratiquement tous d'un tel pont au-dessus de leurs douves ou fossé sec. Le relevage du pont permettait alors de bloquer l'entrée en cas d'attaque. Généralement, pour plus de sécurité, un pont-levis de château fort précède une herse.

Les entrées des fortifications sont aussi munies de pont-levis.

Il existe plusieurs types de ponts-levis, notamment :

Le pont roulant, ou pont à effacement longitudinal, n'est pas à proprement parler un pont-levis mais il en est toutefois l'un des prédécesseurs. Il est constitué d'éléments horizontaux qui, par un système de treuil et poulies, se placent les uns sous les autres pour laisser l'espace libre et donc infranchissable. 

Le pont-levis à flèches et à chaines : au début du XIVe siècle, on établit à l'entrée du bâtiment à défendre des ponts jetés sur les fossés qui se relèvent avec des chaînes.

z04

Pont roulant du XIIe siècle

Le système Poncelet : Ce système est conçu vers 1820 par le général mathématicien Jean Victor Poncelet. Le contrepoids des chaînes agissant sur le tablier est formé d'un chapelet de lourds maillons qui descend dans une fosse à mesure que le tablier se relève. La manœuvre est facile dans un espace restreint. Ce procédé, avec ou sans variante, équipe tous les ouvrages construits ou modernisés entre 1840 et 1875. Au fur et à mesure que le chapelet descend dans la fosse, maillons inférieurs se déposent les uns après les autres sur le sol de celle-ci, diminuant ainsi progressivement la masse du contrepoids. De nombreuses variantes naîtront, avec plus ou moins de succès.   

D'après Wikipédia

Posté par GirlyMamie à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 avril 2017

PALAIS DE JUSTICE - ROUEN - SEINE-MARITIME

Il est magnifique. Je l'ai vu pour la première fois au JT... il figurait en arrière-plan lors d'une séquence tournée dans la ville. Je suis immédiatement tombée sous le charme. Je l'ai vu en vrai il y a quelques années.

Le palais de justice de Rouen est l'ancien Échiquier de Normandie construit entre la fin du XVe siècle et le XXe siècle. Devenu Parlement de Normandie sous le règne de François Ier en 1515, il abrite le palais de justice depuis la révolution française et fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1840. Par la suite, il est également classé en 1977 et inscrit en 1979.

z12

Le 3 mars 1494, les conseillers de la ville adoptent une résolution en vue de construire une grande salle où les marchands de la ville pourront se réunir, première étape de la construction de l'actuel palais de justice. L'édifice, correspondant au corps de bâtiment ouest, est construit par les architectes Roger Ango et Roulland le Roux entre 1499 et 1508. La Maison sublime, découverte en 1976, est un monument juif découvert sous l'escalier de droite de la cour d'honneur. Il date de 1100 et ses murs préservés de faible hauteur laissent découvrir une inscription en hébreu : « Que cette maison soit sublime ! ». C'était une yeshiva, une école rabbinique importante. Elle compta des grands noms du judaïsme médiéval. L'expulsion des juifs de France en 1306 marqua la fin de son activité. En 1499, la construction du Palais de justice rue aux juifs, en plein centre de l'ancien quartier juif de la ville, amena la destruction des étages supérieurs et l'enfouissement du premier niveau sous la cour du Palais.

Le corps de bâtiment nord, construit sous Louis XII, abritera l'Echiquier de Normandie (palais de justice), devenu parlement de Normandie au XVIe siècle. Il est probablement commencé en 1509 et le gros œuvre est terminé en 1517. Entre 1525 et 1528 environ, le bâtiment est rallongé d'une travée vers l'est. La toiture est modifiée, des ouvertures sont percées à l'étage et deux grandes lucarnes sont construites. Ce batîment serait partiellement l’œuvre de Roulland Le Roux. La moitié orientale du corps de bâtiment nord est achevée vers 15501. Un nouvel escalier sur la travée sud de la salle des procureurs est installé.

Le bâtiment est agrandi au XVIIIe siècle. En 1739, le bâtiment sur la place du Neuf Marché est commencé par Pierre Jarry. L'aile en retour d'équerre sur la rue Saint-Lo est achevée en 1759 par Alexandre Dubois.

Au XIXe siècle, la bâtiment est en mauvais état. S'ensuivent des remplacements, des restaurations, diverses modifications.  

z14

Le bâtiment est ravagé par deux fois en 1944 : le bombardement du 19 avril voit la destruction quasi totale des intérieurs de l'aile gothique et celui du 26 août, précédant la libération de la ville, voit l'anéantissement presque radical de la partie centrale gothico-renaissance. Seuls les murs de pierre restent debout. Les parties néogothiques du XIXe échappent à la destruction. Le palais sera reconstruit à l'identique. 

C'est une des seules réalisations de l'architecture gothique civile de la fin du Moyen Âge en France. Mais seule l'aile en retour à gauche de la façade, dans la cour d'honneur, est réellement d'époque.

z15

Cour d'Assises

 

D'après Wikipédia

 

Posté par GirlyMamie à 08:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 avril 2017

CENTRE NATIONAL DES ARTS DU SPECTACLE - PEKIN - CHINE

Le Centre national des arts du spectacle, précédemment appelé le Grand Théâtre national, est un bâtiment de Pékin comprenant une salle d’opéra de 2 416 places, une salle de concert de 2 017 places, et un théâtre de 1 040 places. Il est couramment appelé de manière un peu abusive l’opéra de Pékin, ou localement l’Œuf.

z01

Le bâtiment est situé sur l'avenue Chang'an, en plein centre historique de Pékin, face au parc de Zhongnanhai, immédiatement à l’Ouest de la place Tian’anmen (dont il est séparé par le palais de l'Assemblée du Peuple) et au Sud-Ouest de la cité interdite.

Cette construction qui a été inaugurée en décembre 2007 après six ans de travaux, a été conçu par l’architecte français Paul Andreu. Elle consiste en un dôme de titane et de verre en forme d’ellipse, évoquant le motif traditionnel du yin et du yang, et entouré d’un lac artificiel qui lui donne l'impression de flotter sur l'eau. On accède à l'entrée principale qui se trouve au Nord du bâtiment par l'intermédiaire d'une large esplanade inclinée permettant de pénétrer dans l'édifice en passant sous le lac.

z02

z03

 

D'après Wikipédia

Posté par GirlyMamie à 08:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,